Le droit comme idéologie

Introduction critique au droit belge
Second Edition

Preface by Paul Martens

Aspect essentiel de « la vie théâtrale au XVIIIe siècle », le théâtre de société constitue un objet d'étude privilégié pour les historiens des mentalités, du théâtre, de la littérature, de la musique, de l'architecture et des arts du spectacle en général. Read More

Les textes ici rassemblés dans une perspective interdisciplinaire privilégient un ordre chronologique qui part de la cour de Sceaux pour arriver à la période révolutionnaire, dont on doit se demander si elle sonne la fin de ces manifestations considérées comme caractéristiques de l'Ancien Régime. Trois grands axes de réflexion se dessinent au sein de ce cadre : les lieux et les répertoires qui ont pour objet de situer précisément cette activité parmi d'autres ; les rapports de ces corpus avec la société du triple point de vue esthétique, moral et politique ; les échos que le théâtre de société a laissés dans les écrits du temps.

L'étude de sources jusque-là inexplorées permet d'en savoir plus sur la genèse des pièces et des spectacles, de montrer comment, pourquoi, à quel moment de leur vie ou de leur carrière littéraire des auteurs amateurs ou professionnels, comme Marivaux, Voltaire ou Beaumarchais, se sont tournés vers les scènes privées, et quelles y sont les conditions de représentation : bâtiments, des plus simples aux plus luxueux ; composition des troupes, mêlant souvent professionnels et amateurs, qu'il s'agisse des comédiens ou des musiciens, dont le rôle essentiel et parfois novateur est ici souligné. La diversité des théâtres étudiés met en lumière l’importance de la province, tant dans les villes que dans les résidences de campagne. À Paris, l'activité théâtrale publique se trouve même démultipliée par celle des scènes privées. Si le théâtre de société se caractérise par la notion d'espace privé, qui le définit pour l’essentiel et le distingue des scènes privilégiées, officielles et non, il joue également un rôle de théâtre expérimental pour certaines pièces. Il permet en effet à certains auteurs de fourbir leurs premières armes à l'ombre d'un commanditaire s'apparentant plus ou moins à un mécène, dans un cadre où la notion de « société » ou de « spectateurs » se substitue à celle de « public ». Là, il imite, détourne ou invente de nouveaux genres, susceptibles de s'épanouir sur les scènes publiques, en France et, plus largement, dans une Europe tournée vers le modèle français.

Lieu de transfert culturel, donc, des textes, des auteurs, des acteurs et des esthétiques, le théâtre de société du XVIIIe siècle est bien aux origines du théâtre amateur qui se développe aux siècles suivants.


Paperback - In French 26.00 €
Info Acheter cet ouvrage sur le site de notre partenaire

Specifications


Publisher
Éditions de l'Université de Bruxelles
Edition
2
Author
Olivier Corten, Annemie Schaus,
Preface by
Paul Martens,
Language
français
Publisher Category
Publishers own classification > Law
BISAC Subject Heading
LAW000000 LAW
Onix Audience Codes
06 Professional and scholarly
CLIL (Version 2013-2019)
3259 DROIT
Subject Scheme Identifier Code
Thema subject category: Law

Livre broché


Publication Date
28 September 2009
ISBN-13
978-2-8004-1458-4
Extent
Main content page count : 424
Code
1458
Dimensions
160 x 240 x 20 cm
Weight
689 grams
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Book Preview


Contents


 

Préface à la première édition | Paul MARTENS
Avant-propos
Introduction
I. Objet de l'ouvrage
A. « Introduction »
B. Introduction au « droit »
C. Introduction au droit, « y compris les aspects sociologiques du droit »
II. Hypothèse de travail : le droit comme idéologie
A. La notion d’idéologie
B. Le droit comme idéologie ?
PREMIÈRE PARTIE – Comprendre le droit comme système
CHAPITRE I. Un droit cohérent
SECTION 1. Les sujets de l’ordre juridique
A. L’État
    A 1. L’unité essentielle de l’État
    A 2. Les divisions internes à l’État sur le plan territorial
    A 3. Les divisions internes à l’État sur le plan fonctionnel
B. Les personnes privées
    B 1. Définition de la personne privée
    B 2. Attributs de la personnalité
C. Les entités publiques étrangères ou internationales
    C 1. Les États étrangers
    C 2. Les organisations internationales
Conclusion
SECTION 2. Les sources formelles de l’ordre juridique
A. Les sources écrites
    A 1. La Constitution
    A 2. Normes de droit international ayant un effet direct dans l’ordre juridique belge
    A 3. Les lois spéciales
    A 4. Les autres normes législatives édictées aux niveaux fédéral et fédérés
            (lois/décrets communautaires et régionaux – ordonnances de la région bruxelloise)
    A 5. Les normes réglementaires édictées par le Gouvernement fédéral et les Gouvernements
            communautaires et régionaux (arrêtés royaux/arrêtés des Gouvernements
            communautaires et régionaux ; arrêtés ministériels)
    A 6. Les actes administratifs à caractère individuel du pouvoir fédéral et
            des autorités fédérées
    A 7. Les actes édictés par les autorités provinciales et communales
    A 8. Les actes juridiques posés par des personnes privées
B. Les sources non écrites
C. Les sources auxiliaires
Conclusion
CHAPITRE II. Un droit complet
SECTION 1. Les différentes branches du droit
A. Le droit public
B. Le droit privé
Conclusion
SECTION 2. Les différentes juridictions compétentes pour assurer l’application du droit
A. Les juridictions de l’ordre judiciaire (les cours et tribunaux)
    A 1. La justice de paix et le tribunal de police
    A 2. Le tribunal de première instance, le tribunal de commerce et le tribunal du travail
    A 3. La Cour d’appel et la Cour du travail
    A 4. La Cour d’assises
    A 5. La Cour de cassation
B. Les juridictions administratives
    B 1. Le Conseil d’État
    B 2. Les juridictions administratives à compétence spéciale
C. La Cour constitutionnelle
D. Les juridictions internationales
Conclusion
CHAPITRE III. Un droit fermé
SECTION 1. La fermeture du système lors du processus de création du droit
A. Les différentes procédures pour l’élaboration d’une norme législative
B. Le processus général d’élaboration de la loi
SECTION 2. La fermeture du système lors du processus d’application du droit
A. L’interprétation de la règle juridique
B. L’établissement des faits
C. La mise en œuvre de la logique judiciaire
DEUXIÈME PARTIE – Expliquer le droit comme un système de représentations
remplissant un rôle historique dans une société donnée
CHAPITRE IV. Les représentations véhiculées par l’ordre juridique belge
SECTION 1. La dimension positiviste de l’ordre juridique belge
A. Le positivisme juridique
B. La dimension positiviste du discours juridique en Belgique
SECTION 2. La dimension jusnaturaliste de l’ordre juridique belge
A. Les courants jusnaturalistes contemporains
B. La dimension jusnaturaliste du discours juridique en Belgique
SECTION 3. Les reflets de la doctrine de l’« État de droit » dans l’ordre juridique belge
A. La doctrine de l’« État de droit »
B. Les reflets de la doctrine libérale de l’« État de droit » dans le discours
     juridique en Belgique
Conclusion
CHAPITRE V. Le rôle historique du positivisme et du jusnaturalisme – la justification
de la décision politique
SECTION 1. Le positivisme juridique et le jusnaturalisme comme doctrines
justificatrices de la décision politique
A. Le positivisme juridique comme doctrine justificatrice du pouvoir
B. Le jusnaturalisme comme doctrine justificatrice du pouvoir
SECTION 2. Le positivisme juridique et le jusnaturalisme comme doctrines justificatrices
de la décision politique : les illustrations dans l’histoire de Belgique
A. La création de l’État belge
B. L’occupation de la Belgique pendant la deuxième guerre mondiale
C. La colonisation du Congo
D. Le statut de subordination des femmes en droit belge
Conclusion
CHAPITRE VI. Le rôle contemporain de la doctrine de l’État de droit – la justification
de la décision politique
SECTION 1. L’« État de droit » comme doctrine contemporaine de justification
     de la décision politique
A. La remise en cause du concept de souveraineté et la crise du modèle moderne de légitimité
B. Le maintien persistant d’une justification légaliste de la décision politique : le rôle
     contemporain de la doctrine de l’« État de droit »
SECTION 2. L’« État de droit » comme doctrine contemporaine de justification
de la décision politique : quelques illustrations dans la société belge actuelle
A. Le droit comme justification des limites persistantes du principe d’égalité
B. Le droit comme instrument permettant de limiter, d’éviter ou de trancher le débat politique
Conclusion
Conclusion générale

Excerpt


Introduction


Table des matières / Contents