Téléchargements

La duchesse du Maine (1676-1753)

Une mécène à la croisée des arts et des siècles
Première édition

Cet ouvrage réunit les actes d'un colloque consacré à la vie intellectuelle et artistique qui s'est développée autour de la duchesse du Maine, notamment dans son château de Sceaux. Lire la suite

« Chamarrée », ainsi Saint-Simon qualifiait-il la personnalité complexe d'Anne-Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé (1676-1753), précieuse et pédante, frivole mais frondeuse. Sans doute cette excentricité – au sens premier du terme – s’explique-t-elle par un statut social bancal : petite-fille du Grand Condé, membre à part entière de la plus haute aristocratie, celle du sang, elle avait été mariée en 1692 au duc du Maine, l’aîné des bâtards nés du double adultère de la marquise de Montespan et de Louis XIV. Cependant, tout en rappelant à son époux l’infériorité de sa naissance, elle n’aura de cesse – et de plus en plus au fur et à mesure que la mort du roi se rapprochera inévitablement – de le soutenir : à la tête de la conjuration de Cellamare, elle tentera mème de faire enlever la Régence au duc d’Orléans au profit du duc du Maine. Le complot fut déjoué et la duchesse emprisonnée. Ces revers ne l’empêchèrent pas de reprendre ensuite, certes sur un mode assourdi, une vie mondaine et intellectuelle brillante : le président Hénault, Rose de Staal-Delaunay, Fontenelle, Houdar de La Motte ou la marquise du Deffand comptèrent alors parmi ses familiers.

Sa célébrité demeure cependant attachée aux Grandes Nuits de Sceaux, divertissements aussi singuliers que dispendieux par laquelle elle avait su ranimer un temps les splendeurs éteintes de la cour du Roi Soleil. Mêlant poésies galantes, théâtre de société, bals, ballets ou cantates, ranimant le flambeau de la tragédie grecque tout en faisant éclore le genre de l’opéra-comique, les Divertissements de Sceaux témoignent de l’éclectisme de la duchesse et de ses principaux mentors : l’abbé Genest et Malézieu. La réputation de son esprit et plus encore la sûreté de son goût séduisirent les tenants des Anciens comme les plus résolus des Modernes, les célébrités confirmées – Chaulieu, Baron ou Fontenelle – autant que les débutants les plus prometteurs : Mouret, Bourgeois ou Colin de Blamont... C’est à Sceaux que Voltaire fit ses premiers pas dans le monde et c’est à l’intention de la duchesse qu’il écrivit les premiers de ces contes qui devaient les immortaliser tous deux.


Livre broché - En français 24,00 €
Info Acheter cet ouvrage sur le site de notre partenaire

Spécifications


Éditeur
Éditions de l'Université de Bruxelles
Édité par
Catherine Cessac, Manuel Couvreur, Fabrice Preyat,
Introduction de
Catherine Cessac, Manuel Couvreur,
Contributions de
Roland Mortier, Katia Béguin, François Moureau, Marc Favreau, Nina Lewallen, Gérard Rousset-Charny, Catherine Cessac, Benoît Dratwicki, Anne Delvare, Alain Anselm, Nathalie Lecomte, Fabrice Preyat, François Azouvi, Marianne de Meyenbourg, Ioana Galleron, Nicole Masson, Maurice Barthélemy, Éric Van der Schueren, Manuel Couvreur, Jean-Philippe Grosperrin, Jacques Cormier,
Revue
Études sur le XVIIIe siècle
ISSN
07721358
Langue
français
Site web ressource
Oapen.org
Catégorie (éditeur)
> Art(s) & Archéologie
Catégorie (éditeur)
> Histoire
Catégorie (éditeur)
> Langue(s) & Littérature(s)
BISAC Subject Heading
HIS037050 HISTORY / Modern / 18th Century
Code publique Onix
06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 )
3377 HISTOIRE
Subject Scheme Identifier Code
Classification thématique Thema: Histoire

Livre broché


Date de publication
09 décembre 2003
ISBN-13
978-2-8004-1326-6
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 288
Code interne
1326
Format
160 x 240 x 22 cm
Poids
559 grammes
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


Sommaire


 

Introduction | Catherine CESSAC et Manuel COUVREUR
La cour de Sceaux, les écrivains et la duchesse du Maine | Roland MORTIER
Les enjeux et les manifestations du mécénat aristocratique à l'aube du XVIIIe siècle | Katia BÉGUIN
Complot contre l’État et opinion publique. La duchesse du Maine et la conspiration de Cellamare (1718-1720) | François MOUREAU
L’inventaire après décès de la duchesse du Maine. Études et commentaires | Marc FAVREAU
La duchesse du Maine : une mécène d’architecture entre deux siècles | Nina LEWALLEN
Le duc et la duchesse du Maine Princes bâtisseurs, protecteurs de Germain Boffrand | Gérard ROUSSET-CHARNY
La duchesse du Maine et la musique | Catherine CESSAC
François Colin de Blamont à la cour de Sceaux : le jeu des influences et des rencontres | Benoît DRATWICKI
Un curieux divertissement pour la onzième Grande Nuit de Sceaux : Le comte de Gabalis, de Beauchamps et Bourgeois | Anne DELVARE
Les clavecins de la duchesse du Maine : lecture des inventaires et approche organologique | Alain ANSELM
Un maître à danser à la cour de Sceaux : Claude Balon | Nathalie LECOMTE
Maître des divertissements ou trouble-fête ? Charles-Claude Genest et le Petit Concile à la cour de la duchesse du Maine | Fabrice PREYAT
Une duchesse cartésienne ? | François AZOUVI
L’almanach de 1721 et l’emblème de la Mouche à miel | Marianne DE MEYENBOURG
Les Divertissements de Sceaux face à la querelle des Anciens et des Modernes | Ioana GALLERON-MARASESCU
Entre création individuelle et collective, la poésie fugitive à la cour de Sceaux | Nicole MASSON
Chaulieu à Châtenay et à Sceaux | Maurice BARTHÉLEMY
La tragédie biblique à Sceaux : le Joseph de Charles-Claude Genest (1706) | Éric VAN DER SCHUEREN
Voltaire chez la duchesse ou Le goût à l’épreuve | Manuel COUVREUR
La duchesse du Maine et la simplicité du théâtre tragique. Sur la réfection de la tragédie grecque, de Malézieu à La Motte | Jean-Philippe GROSPERRIN
Les deux dernières comédies de Mme de Staal-Delaunay. Portrait ou pamphlet ? | Jacques CORMIER
Bibliographie sommaire
Liste des auteurs

Extrait


Introduction