Téléchargements

La sécularisation des œuvres d'art dans le Brabant (1773-1842). La création du musée de Bruxelles


Première édition

Comment et pourquoi les œuvres conçues pour un édifice de culte ont-elles été transférées dans un musée, établissement réservé à la culture ? Par quels cheminements et sous quels statuts sont-elles passées de l’Église à l’État ? Quel est l’impact de cette sécularisation sur l’œuvre d’art ? Lire la suite

L’homme de la fin du XXe siècle est accoutumé à contempler des tableaux anciens à iconographie religieuse dans les musées. L’œuvre y est cependant totalement affranchie du contexte originel pour lequel elle avait été créée.

Christophe Loir analyse, à partir d’un important dépouillement d’archives anciennes, le phénomène de sécularisation des œuvres d’art dans le Brabant à travers les périodes autrichienne, française, hollandaise et le début du Royaume de Belgique. Ce brassage chronologique permet pour la première fois de comprendre dans une vision globale divers événements tels la suppression de l’ordre des Jésuites et des couvents "inutiles", les conquêtes artistiques des Français dans les Pays-Bas, la vente des biens nationaux, la redécouverte des primitifs flamands, la restitution par Paris de nombreux chefs-d’œuvre de l’école flamande en 1815 et surtout la création du musée de Bruxelles, noyau des actuels Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

L’auteur étudie les implications politiques, économiques, artistiques et religieuses de la sécularisation entre 1773, année de la suppression des jésuites et 1842, année de la vente du musée de la ville de Bruxelles à l’État belge : les prémices sous la période autrichienne, les développements sous la période française ainsi que les prolongements sous la période hollandaise et le Royaume de Belgique. Dans chacune de ces périodes, sont successivement étudiés le mouvement de décontextualisation qui extrait l’œuvre de son contexte et le mouvement de recontextualisation partielle qui l’y replace sous un nouveau statut. Dans la dernière partie de l’ouvrage, l’auteur analyse les différentes attitudes inhérentes à la sécularisation : conserver, financer, transporter, inventorier, expertiser, sélectionner, muséaliser, restaurer, exposer, protéger, enrichir, légiférer, institutionnaliser et légitimer ; autant d’actions qui témoignent de la prise de conscience d’un patrimoine artistique.


Livre broché - En français 24,67 €
Info Acheter cet ouvrage sur le site de notre partenaire

Spécifications


Éditeur
Éditions de l'Université de Bruxelles
Auteur
Christophe Loir,
Revue
Études sur le XVIIIe siècle
ISSN
07721358
Langue
français
Site web ressource
Digithèque de l'ULB
Catégorie (éditeur)
> Art(s) & Archéologie
Catégorie (éditeur)
> Histoire
BISAC Subject Heading
HIS037050 HISTORY / Modern / 18th Century
Code publique Onix
06 Professionnel et académique
CLIL (Version 2013-2019 )
3388 Les temps Modernes (<1799)
Subject Scheme Identifier Code
Classification thématique Thema: Histoire

Livre broché


Date de publication
13 novembre 1998
ISBN-13
978-2-8004-1196-5
Ampleur
Nombre de pages de contenu principal : 224
Code interne
1196
Format
160 x 240 x 22 cm
Poids
521 grammes
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Livres Aperçu


Sommaire


Remerciements

Introduction

Chapitre I. – Les prémices sous la période autrichienne

1. Marie-Thérèse et la suppression de l'ordre des Jésuites

1. Débat sur la destination des œuvres sécularisées
2. Problèmes pratiques posés par la vente
3. Conséquences artistiques de la sécularisation
4. Deux événements contemporains de la vente des œuvres jésuites

2. Joseph II et la suppression des couvents

1. Problèmes pratiques posés par la vente
2. Conséquences artistiques de la sécularisation

3. Conclusion

Chapitre II. – Les développements sous la période française

1. La Convention et les conquêtes artistiques de l'an II (1794)

1. Introduction historiographique
2. Première occupation française
3. Seconde occupation française
4. Vision comparative des trois organismes chargés des conquêtes artistiques
5. Conclusion

2. Le Directoire et la recherche des objets d'art et science dans le département de la Dyle entre 1797 et 1799

1. Opposition aux conquêtes artistiques au profit de Paris
2. La recherche des objets d'art et science
3. Conclusion

3. Le Consulat et l'Empire : la création officielle du musée de Bruxelles et les mises en dépôt

1. La création officielle du musée de Bruxelles et l'enrichissement de ses collections
2. Les mises en dépôt

4. Conclusion

Chapitre III. – Les prolongements sous la période hollandaise et la Belgique indépendante

1. La période hollandaise

1. Restitutions d'œuvres d'art par la France en 1815
2. Décontextualisation
3. Recontextualisation

2. La Belgique indépendante

1. Décontextualisation
2. Recontextualisation

3. Conclusion

Chapitre IV. – Vers la prise de conscience d'un patrimoine artistique

1. Les arguments pour la défense du musée de Bruxelles et les fonctions muséales

1. Argument éducatif
2. Argument artistique
3. Argument politique
4. Argument économique
5. Argument conservatif
6. Fonctions muséales

2. Les composantes muséales

1. Existence administrative
2. Conservateur
3. Lieu de conservation
4. Collections
5. Ouverture au public
6. Conservation des œuvres
7. Publication des collections: les catalogues

3. Définition du musée en guise de conclusion

Conclusions générales

Biographies des principaux acteurs de la sécularisation des œuvres d'art dans le Brabant entre 1773 et 1842

Relevé chronologique des principaux événements

Bibliographie

Index

Abréviations

Liste des illustrations

Table des matières