Downloads

L'Union européenne et l’immigration clandestine

De la sécurité intérieure à la construction de la communauté politique
First Edition

La lutte contre l’immigration clandestine est aujourd’hui l’une des priorités de l’Union européenne. Volet essentiel d’un projet communautaire de sécurité intérieure, le combat contre les illégaux n’en soulève pas moins d’épineuses questions, abordées dans cet ouvrage. Read More

La lutte contre l’immigration illégale semble tout d’abord chimérique tant les objectifs fixés excèdent les moyens techniques, humains et financiers disponibles. Ensuite, en rendant le passage vers l’Europe de plus en plus compliqué et dangereux, cette politique provoque indirectement la mort de centaines de migrants chaque année. Elle favorise enfin le déploiement des filières criminelles de trafic et de traite des êtres humains. En bref, loin d’œuvrer à la légitimation de l’Union auprès de ses citoyens par le biais du renforcement de leur sécurité, la politique en matière d’immigration irrégulière risque d’avoir des effets contraires en jetant le doute tout à la fois sur l’efficacité des politiques européennes et sur les valeurs qui les sous-tendent.

Pourquoi un projet mené au nom des principes de liberté, de sécurité et de justice ne se voit-il pas davantage remis en cause alors qu’il conduit surtout à une détérioration de la sécurité des migrants ? C’est à cette interrogation que le présent ouvrage entend donner des éléments de réponse, en partant de l’idée que la politique de lutte contre l’immigration clandestine ne peut être réduite à ses objectifs affichés mais doit être resituée dans le cadre plus large du processus d’intégration européenne.

En touchant au problème du contrôle des frontières extérieures de l’Union, la lutte contre l’immigration illégale pose en effet la question des frontières symboliques qui définissent les conditions de l’appartenance à un ordre politique déterminé. Elle active des mécanismes d’inclusion et d’exclusion sans lesquels un corps politique ne peut voir le jour et se maintenir. Dans cette perspective, si la stratégie de mise à l’écart des étrangers indésirables répond aux objectifs de contrôle et de sélection des ressortissants des pays tiers autorisés à accéder au territoire des Etats membres, elle participe également à la construction d’une figure inquiétante de l’Autre fondant l’identité européenne sur la peur des clandestins.


Paperback - In French 25.00 €
Buy
Info Purchase this book on the website of our partner

Specifications


Publisher
Éditions de l'Université de Bruxelles
Author
Denis Duez,
Collection
European Studies
ISSN
13780352
Language
French
Supporting Website
Oapen.org
Publisher Category
Publishers own classification > Political Science
BISAC Subject Heading
POL070000 POLITICAL SCIENCE / Public Policy / Immigration
Onix Audience Codes
06 Professional and scholarly
CLIL (Version 2013-2019)
3283 SCIENCES POLITIQUES
Subject Scheme Identifier Code
Thema subject category: Political science & theory

Paperback


Publication Date
13 May 2008
ISBN-13
978-2-8004-1416-4
Extent
Main content page count : 288
Code
1416
Dimensions
160 x 240 x 21 cm
Weight
508 grams
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Book Preview


Contents


 

Remerciements
Introduction
1. Un projet ambitieux, un pari politique risqué
2. Le clandestin, une figure de l'Autre
3. Questions de méthode
Chapitre I. – Construction sociale des menaces et légitimité de l’ordre politique. La sécurité
   comme pratique discursive
1. De la peur aux figures du danger : mises en forme et usages politiques d’une émotion
    A. De la peur et de sa fonction politique
         1. La peur, un sentiment au cœur du politique
         2. De l’usage politique de la crainte
    B. Les figures du danger
         1. L’ennemi : l’Autre comme péril existentiel pour le corps politique
         2. Le risque : globalisation du danger et disparition de la figure de l’Autre
         3. La menace : le danger polymorphe
2. Conditions d’une étude constructiviste de la menace
    A. La menace comme construction sociale
         1. Intersubjectivité et construction sociale de la réalité
         2. Les approches sociolinguistiques de la sécurité
    B. La menace, un concept dynamique
         1. Sécurisation et désécurisation : la construction discursive de la menace
         2. Les limites du concept de sécurisation
3. Conclusion
Chapitre II. – La lutte contre l’immigration clandestine dans le cadre du projet européen
   de sécurité intérieure
1. Les premières ébauches de la sécurité intérieure européenne : une coopération
    intergouvernementale hors cadre communautaire
    A. Les groupes informels de la coopération policière
    B. Le « laboratoire » Schengen : libre circulation des personnes et « faux réfugiés »
2. L’intégration communautaire des questions de sécurité intérieure : l’asile et
    l’immigration dans le troisième pilier de l’Union européenne
    A. Le tournant de l’Acte unique européen : vers une Europe sans frontières intérieures
    B. Maastricht et la création d’un pilier Justice et affaires intérieures : une
         institutionnalisation de la confusion entre asile, immigration et sécurité
3. D’Amsterdam à Tampere : une tentative de désécurisation des flux migratoires
    A. Un premier bilan critique du troisième pilier
    B. Le traité d’Amsterdam : vers une remise en cause du couple immigration-sécurité ?
    C. Les hésitations de la politique européenne d’asile et d’immigration : du plan
         d’action de Vienne au sommet de Tampere
4. L’asile et l’immigration après le 11 septembre 2001 : l’immigration clandestine dans le
    contexte de la lutte contre le terrorisme transnational
    A. Les premières réactions européennes suite aux attentats du 11 septembre 2001 :
         le retour de la logique du soupçon
    B. De Séville à Thessalonique : l’Union européenne contre l’immigration clandestine
    C. Le programme de La Haye : l’ambition d’un second Tampere
5. Conclusion
Chapitre III. – Le dispositif européen de lutte contre l’immigration clandestine
1. Les contrôles aux frontières extérieures de l’Union
    A. De la politique commune des visas à la frontière électronique
         1. La mise à l’écart des étrangers « indésirables » : le visa comme
              condition de la mobilité légitime
         2. Identification de « groupes cibles » et techniques du contrôle « à distance »
    B. Le projet de gestion intégrée des frontières extérieures
         1. Le plan pour la gestion des frontières extérieures et la création de l’Agence Frontex
         2. Les opérations conjointes HERA : portée et limites de la coopération européenne
2. La lutte contre le trafic et la traite des êtres humains
    A. La lutte contre le trafic des êtres humains
         1. Une production normative européenne limitée
         2. Une approche essentiellement répressive
    B. La lutte contre la traite des êtres humains
         1. Un concept aux contours flous
         2. La déclaration de Bruxelles et le plan d’action contre la traite des êtres humains
         3. Le clandestin, victime ou complice des réseaux criminels ?
3. L’éloignement des étrangers « indésirables »
    A. Les mesures visant à faciliter les retours
         1. Le principe de la reconnaissance mutuelle des décisions d’éloignement
         2. Le programme d’action en matière de retours
    B. Les opérations de retour conjointes
         1. Entre quête d’efficacité et pratique spectaculaire
         2. La décision « vols communs »
4. Les dispositions relevant de la politique extérieure de l’Union
    A. Les accords de réadmission : le transfert du « fardeau migratoire » sur les États tiers
         1. Des accords de réadmission bilatéraux aux accords communautaires
         2. La formation d’une « zone tampon » aux marches de l’Europe
    B. Les partenariats avec les pays d’origine
         1. L’externalisation de la politique d’immigration, une préoccupation ancienne
         2. Les approches « défensive » et « préventive » de la coopération avec les pays tiers
    C. Une vision du monde en cercles concentriques
5. Conclusion
Chapitre IV. – La lutte contre l’immigration clandestine et la légitimation de l’ordre
   politique européen
1. Un retournement de la figure de la victime
    A. La construction sociale d’une inquiétude
         1. L’immigration clandestine comme menace économique et sociale
         2. L’immigration clandestine comme menace pour les identités
         3. L’immigration clandestine comme menace criminelle
         4. L’immigration clandestine comme menace pour la sécurité nationale
    B. Le coût humain de l’immigration clandestine
         1. Sécurisation des frontières extérieures et détérioration de la sécurité des migrants
         2. La frontière Sud de l’Espagne, un cas d’école
         3. De la lutte contre l’immigration clandestine à la lutte contre l’émigration clandestine
2. L’altérité au cœur de la légitimation de l’ordre politique européen
    A. La lutte contre l’immigration clandestine au regard des approches classiques de la
          légitimité de l’Union européenne
         1. La légitimation par les outputs
         2. La légitimation par les inputs
    B. L’Union européenne, une communauté d’insécurité
         1. L’Europe et les clandestins : une réactivation de la division ami-ennemi ?
         2. Les limites de la lecture schmittienne de l’immigration illégale
         3. L’immigration clandestine, une menace « adaptée »
         4. Une communauté sans identité ?
         5. La peur : une politique ?
3. Conclusion
Conclusion générale
1. Immigration illégale et légitimité dans l’Union européenne : la fin d’un paradoxe
2. La peur de l’Autre, vecteur de la formation d’un corps politique européen
3. Sécurité intérieure européenne et recomposition des modes de gouvernement
Bibliographie
Liste des abréviations, acronymes et sigles

Excerpt


Introduction