Downloads

Arrête de me dire que je suis marocain !

Une émancipation difficile
First Edition

Cet ouvrage présente une étude sociologique des processus identitaires qui animent les descendants d’immigrés marocains en Belgique. Read More

Double identité, métissage, syncrétisme, hybridation... Les termes ne manquent pas pour désigner l’identité de ceux que l’on nomme tantôt Marocains, tantôt Belges, ou encore les deux à la fois (Belgo-marocain, Belge d’origine marocaine, Marocain de Belgique, « Maghrébelge »...). Cette identité qui pose tant question est d’ailleurs surinvestie par les médias, le politique, l’opinion publique et la recherche.

Ce que l’auteure propose ici, c’est d’aborder cette problématique en opérant un renouvellement du regard. Son choix a été de sortir l’étude de la question identitaire des descendants d’immigrés de la catégorie « étude sur l’immigration » et de la faire entrer dans une sociologie générale de l’identité. Cela permet de considérer ces personnes issues de l’immigration comme participant d’un mode de construction de soi moderne et non comme des « immigrés » définis par une culture originelle. Or, la modernité est précisément caractérisée par l’ouverture à la « mobilité identitaire » : les identités ne s’héritent plus nécessairement, se choisissent quelquefois et se bricolent la plupart du temps...

Cet ouvrage s’articule en deux parties. La première explore les multiples figures des enfants de l’immigration. On y découvre une typologie des manières de se situer dans la filiation, avec aux extrêmes ceux qui se veulent pleinement dans la continuité et ceux qui ont rompu tout ou partie du lien avec leur famille. La seconde se penche sur les effets de la domination sociale, en examinant la question d’une assignation identitaire caractérisée par la stigmatisation de l’identité marocaine. Comment se construire à partir d’un positionnement social qui enferme parfois, qui disqualifie souvent, tout en obéissant à l’injonction à être soi qui est propre à la modernité ?

Les résultats présentés reposent sur une large enquête de terrain basée sur le recueil d’entretiens biographiques. C’est en partant du récit et de la capacité réflexive des acteurs que s’est construite l’analyse qui s’appuie sur de larges extraits des entretiens.


Paperback - In French 22.00 €
Buy
Info Purchase this book on the website of our partner

Specifications


Publisher
Éditions de l'Université de Bruxelles
Author
Johanna de Villers,
Collection
Sociology and Anthropology
ISSN
25935895
Language
French
Publisher Category
Publishers own classification > Sociology & Anthropology
BISAC Subject Heading
SOC002000 SOCIAL SCIENCE / Anthropology
Onix Audience Codes
06 Professional and scholarly
CLIL (Version 2013-2019)
3080 SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES, LETTRES
Subject Scheme Identifier Code
Thema subject category: Sociology & anthropology

Paperback


Publication Date
14 March 2011
ISBN-13
978-2-8004-1500-0
Extent
Main content page count : 240
Code
1500
Dimensions
160 x 240 x 12 cm
Weight
431 grams
ONIX XML
Version 2.1, Version 3

Google Book Preview


Contents


Remerciements
Avant-propos
Introduction
    Du socio-économique au culturel
    Une option interactionniste et constructiviste
        L’identité comme rapport social
        Mise en perspective
    La démarche d’enquête
        La population de l’enquête
        Thèse et hypothèses
        Les entretiens biographiques
        L’entretien biographique comme rapport social
        De qui, de quoi parle-t-on quand on dit « Je » ?
        Où situer l’objectivité ?
    Les entretiens
        Trouver les enquêtés : une tâche de longue haleine
        La conduite des entretiens
        La recherche de la typicalité
        La présentation des résultats
        Grille de lecture
PREMIÈRE PARTIE – Les multiples figures des enfants de l’immigration
CHAPITRE I. – La filiation à l’épreuve de l’immigration
    L’impossible filiation
        La transmission familiale à l’épreuve de l’école
        L’inversion des rôles entre fils et filles
        Les contradictions de l’héritage
        L’injonction paradoxale parentale
    Identification, histoire et mémoire
        Une génération privée de mémoire ?
        Une mémoire de l’immigration réduite à l’assignation aux origines
        La privation de mémoire
        Le besoin d’histoire et de mémoire
        Une filiation problématique
    Diversité des formes familiales et des modes de filiation
        Une typologie « molle » des modes de filiation
CHAPITRE II. – Un syncrétisme d’évidence et une filiation sans rupture
    La prédominance du respect des traditions
        « C’est primordial le respect de ma maman »
        La continuité des valeurs sans réflexivité
        La tradition héritée
        Une vie sans (H)histoire(s)
        Un syncrétisme intragénérationnel
        Le « melting pot » des valeurs et l’identité de principe
    L’appropriation, pour soi, de l’héritage
        Entre modernité et goût des traditions
        Une conformité pratique
        L’articulation des valeurs
        Une filiation et une intégration exemplaires
        Une mémoire intégrée
CHAPITRE III. – Des ruptures biographiques nécessaires à la construction de soi
    Une réaffiliation paradoxale
        La révolte…
        … et le retour
    Névrose de classe et affiliation affective
        Les chemins de traverse de la filiation
        La désaffiliation
        L’affectif comme mode d’affiliation
CHAPITRE IV. – L’identité conflictuelle ou la double rupture
    Le double refus d’identité : une quête identitaire dans l’islam
        Une injonction maternelle paralysante
        La norme religieuse avant tout
        L’impact de la stigmatisation
        Le double refus d’identité
    Le poids de la carrière délinquante
        Une trajectoire de relégation scolaire
        Un appel à l’aide face aux parents
        Le poids du quartier
        La débrouille et l’argent facile
        La « double contrainte » et l’abandon social et politique
        La prison
        La toxicomanie
        Une « morale » en représentation
    Le conflit comme ressource
        Un « autiste » chez les « Flamands » ou manœuvrer dans l’entre-deux
        La force du lien
        Entre « eux » et « nous » : le mixte culturel
CHAPITRE V. – Le recours à l’intragénérationnel
    Une trajectoire de vie ancrée dans l’univers Hip Hop
        Le rap : instrument d’expression et de reconnaissance
    L’impossibilité de quitter le « nid familial » (ou le phénomène Tanguy)
        Une double vie sous la loi du silence
        L’islam au point de rencontre entre le Hip Hop et ses parents
    Une filiation paradoxale
CHAPITRE VI. – L’intériorisation de la démarche réflexive
    Une socio-analyse
    Gérer des injonctions contradictoires
        La « responsabilité morale »
        Naviguer entre plusieurs zones en jouant des rôles
    Le lien de la mémoire
        Une bi-culturalité vécue à travers le filtre d’une modernité incorporée
        Variabilité du rapport à la mémoire
DEUXIÈME PARTIE – L’identité à l’épreuve de la domination sociale
CHAPITRE VII. – Domination sociale et double contrainte (ou les entraves à
 l’affiliation sociale)
    La faiblesse de l’identité nationale
        Une politique d’intégration disparate
        L’impossibilité de définir une identité belge et ses conséquences méthodologiques
    Double contrainte et double peine
        L’impolitesse des descendants d’immigrés
    Du racisme sans race à l’ethnicisation des rapports sociaux
        Du racisme biologique au racisme culturel
        Le racisme dans le contexte belge
        Vers une « ethnicisation des rapports sociaux »
    Peut-on parler d’une ethnicisation de la société belge ?
        L’ethnicisation de l’immigration
        Une société di-visée par des frontières ethniques
        Impact de la domination ethnico-culturelle et double contrainte
CHAPITRE VIII. – La stigmatisation au cœur des processus identitaires
    Le rappel du stigmate
        La violence de l’assignation
        L’interaction au cœur du processus de stigmatisation
        Des stratégies de dissimulation
        L’individu discréditable : le stigmate dissimulé
        Répondre à la stigmatisation par l’hyper-correction
        Un processus d’étiquetage réciproque
    Dialogues autour de la stigmatisation
        Un double jeu
        La reproduction, entre soi, des attributs du stigmate
        Eux et nous, les fondements de l’identification ethnique
CHAPITRE IX. – Le construit ethnique des rapports sociaux
    Les « Flamands » et « nous » : deux mondes à part
        La culture de la rue
    Des attaches communautaires
        Des liens ambivalents
        L’œil de la communauté
        Une fierté communautaire de principe
        La défense de la culture
        La dénonciation du communautaire dans un discours communautaire
    La sortie de la logique communautaire
        L’éloignement volontaire de la pression communautaire
        Le rejet des liens communautaires
    La di-vision entre « Belges » et « Marocains »
        L’impact de la mixité
    La catégorisation ethnique comme instrument de classement social
        Production, reproduction et incorporation de l’ethnicité
Conclusions
    Retour sur l’ouverture de l’objet
    Une double grille de lecture
    La diversité identitaire
    Entre problématisation générale et spécificités
    La différenciation comme réponse à la stigmatisation : la situation paradoxale du stigmatisé
    La mixité contre les assignations identitaires
    Retour à la thèse
Annexes
    Annexe I. Grille d’entretien
    Annexe II. Tableau synthétique des caractéristiques sociographiques des enquêtés
Bibliographie

Excerpt


Introduction